mercredi 13 juin 2007

EVIL DEAD 2 (EVIL DEAD II : DEAD BY DAWN)



L'HISTOIRE : Deux jeunes amoureux se rendent dans la cabane du professeur Knowby, qui a mystérieusement disparu apres avoir eu en sa possession quelques pages du livre des morts, redoutable grimoire disparu au XIVe siècle.

MON AVIS : Je n'avais jamais vu Evil Dead 2, et, en découvrant le film, je me suis dit un instant : "Mais Sam Raimi nous refait un copié collé du premier Evil Dead !". On retrouve en effet la même forêt hostile, le même chalet ou presque, la même voiture au début... Heureusement, cette inquiétude est vite levée devant le rythme délirant qui booste le film et les délires visuels qui s'enchaînent avec plus de moyens que dans le premier opus. On sent que le réalisateur, qui s'était déjà éclaté dans son premier film avec des bouts de ficelle, a voulu aller encore plus loin dans le jusqu'auboutisme gore, avec manifestement des moyens au moins décuplés. Pour le plaisir du spectateur fan de gore, il nous en remet une louche sévère, un peu comme un ami qui vous a reçu modestement il y a quelques années et qui veut, maintenant qu'il a plus de ressources, mettre les petits plats dans les grands. Les travellings de caméra à ras du sol sont plus rapides et plus fluides, les mouvements plus tourbillonnants. Le petit pont de bois (non... pas celui de Yves Duteil...) du premier film, fait place à un pont irréel surplombant un abîme. Rien que cette image flagrante a l'air de vouloir dire au spectateur : "vous allez en avoir pour votre argent, on a fait les choses en grand". Bruce Campbell est encore plus charismatique et nous offre des scènes hallucinantes, comme la lutte contre sa main possédée qu'il va devoir couper... Il se démène à la façon d'un Jim Carrey dont il a parfois quelques mimiques. Nous avons droit aussi à la scène de l'agression d'une nana par un arbre et par une végétation hostile, des duels à la tronçonneuse, des monstres en tous genres. D'ailleurs, alors que Spiderman 3 et sa débauche d'effets spéciaux de dernière génération vient d'envahir les écrans, on peut se demander si Sam Raimi n'aurait pas envie de nous refaire un Evil Dead 4 avec les moyens d'aujourd'hui. Car Evil Dead 2 datant de 1987, il y a quand même quelques effets qui font un poil carton pâte même si cela n'enlève rien à notre jubilation. Je parlais dans le post précédent du film Le sous-sol de la peur, et déplorait que les effets comiques voulus par Wes Craven tombent systématiquement à plat. Ici, c'est le contraire, tout est mené avec aisance, et pour en revenir aux scènes avec la main posssédée, coupée, qui devient donc une main "balladeuse", il y a quelques gags qui valent leur pesant de cacahuètes...
La fin que je ne révèle pas est la dernière surprise (de taille) de ce film jouissif et délirant

--- EDIT : je vois sur Wikipedia que Sam Raimi prépare pour 2008 un film intitulé Conséquences, qui serait Evil Dead 4, promis j'avais pas regardé avant !

REPLIQUE :
- Jake... tu serres ma main trop fort
- Poussin, je ne te tiens pas la main !

Réplique entre Bobby Joe et Jake : c'est en fait la main possédée de Ash qui tient la main de la jeune fille


MA NOTE :
Image hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.com

INDICE DE GORITUDE :
Image hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.com

LES LIENS :
la fiche sur imdb.com
fiche analyse DVD sur commeaucinema.com
article sur allocine.fr

LA P'TITE MIGNONNE DE SERVICE :Denise Bixler dans le rôle de Linda, qui ne va pas faire long feu...

L'IMAGE :Ash (B.Campbell) ensanglanté (du tomato juice Campbell ???)

COPYRIGHT : De Laurentiis Entertainment Group (DEG) / Studio Canal+

1 commentaire:

locutus57 a dit…

Ah, quelle belle trilogie quand même.

Un autre film en tournage est "my name is bruce" avec bruce campbell jouant son propre rôle dans un village où les gens sont persuadés que c'est le vrai Ash. Ils lui demande alors d'exterminer les démons qui les attaquent. Bref, c'est le film que j'attend le plus.